Comment installer une rondelle de sécurité même sur des serrures qui ne sont pas conçues à cette fin ?

La rosette de sécurité, ou “Defender”, est un bouclier efficace qui protège les cylindres profilés européens des attaques les plus courantes.

En recherche de comparatif sur les meilleurs coffres forts ? Voir ici !

Normalement, pour l’installer, la serrure doit être munie de 2 trous pour le passage des vis de fixation, mais si celles-ci ne sont pas disponibles (parce que la serrure n’en est pas équipée ou parce qu’il s’agit d’une version pour profilés métalliques étroits, où il n’y a pas suffisamment de place pour les fabriquer), il est toujours possible de protéger le cylindre avec une rondelle de sécurité universelle.

La fixation de la rondelle de sécurité de l’intérieur à l’aide de vis qui traversent toute l’épaisseur de la porte et passent également à l’intérieur de la serrure est la solution la plus sûre, car la résistance offerte aux tentatives d’effraction est très élevée.

Malheureusement, pour fixer une rosace de cette façon, il est nécessaire que la serrure soit équipée de trous de fixation spéciaux, qui ont un diamètre et une position spécifique, définis par une norme adoptée internationalement, appelée “norme DIN”.

Sur de nombreuses serrures, elles sont absentes parce que le modèle spécifique ne les fournit pas ou parce que la taille ne le permet pas. Par exemple, les serrures destinées à être montées sur des profilés étroits tels que les portes de sécurité ou les portes à cadre métallique n’ont pas de boîtier de taille suffisante pour recevoir ces trous.

Leur forme particulière et leur petite taille les rendent également adaptés aux profilés métalliques des portails et des portes vitrées, comme ceux que l’on trouve par exemple à l’entrée des magasins. Bien sûr, si le verre de la porte est du verre ordinaire, protéger le cylindre n’a pas beaucoup de sens, car c’est le verre lui-même qui représente le point faible de la porte. Mais lorsqu’il s’agit de percer le verre, un cylindre non protégé est le maillon le plus faible à renforcer.